SPALOHAS CLUB

Eloge de l’Onsen

 


Eloge de l’Onsen

La rencontre entre les Japonais et les onsen - (1) Amour interdit et onsen

JULY 20,2021

©Iyo Kan Net     L'image du Dôgo Onsen    

                                                 par Michio Ishikawa

 

             Résumé: Le document dans lequel on parle pour la première fois de sources chaudes est le Kojiki, le plus ancien ouvrage connu au Japon. Il a été compilé en l’an 712, au début de l’époque de Nara.  Il s’agit de l’actuel Dōgo Onsen, une station thermale vénérable qui est considérée comme l’une “trois sources chaudes les plus anciennes du Japon”.

 

 

En Europe, on a découvert aux points de jaillissement des sources chaudes de nombreux vestiges d’offrandes remontant aussi loin que l’Age de bronze. Les noms des stations thermales Bourbon-l’Archambault ou La Bourboule, situées dans la région où est née la dynastie des Bourbon, proviennent en fait de Borvo, le dieu des eaux bouillonnantes chez les anciens Celtes 1). Ces offrandes constituent des preuves de la foi liée aux sources (froides ou chaudes) et de leur utilisation.

 

           

L'hôpital à Saujon sur le batiment écrit "Thermé Hypocrate"    ©ville de Dax   Des sources chaudes de la ville de Dax

 

Au niveau des écrits, Hippocrate, surnommé “le père de la médecine”, a parlé des sources chaudes au 5ème siècle avant J-C. Le Japon étant lui aussi un pays riche en sources chaudes, on peut imaginer que la rencontre avec les onsen s’est faite très tôt ; mais malheureusement on dispose de très peu d’écrits et de preuves concrètes à ce sujet.

 

Le document dans lequel on parle pour la première fois de sources chaudes est le Kojiki, le plus ancien ouvrage connu au Japon. Il a été compilé en l’an 712, au début de l’époque de Nara. Il s’agit d’un recueil de chroniques officielles qui relatent dans un style narratif l’histoire depuis l’époque de la mythologie jusqu’à la première moitié du 7ème siècle, à l’époque d’Asuka. En particulier, concernant l’époque de l’Empereur Ingyō, au milieu du 5ème siècle, on trouve une mention de la source chaude “Iyo-no-yu”, située dans la province d’Iyo (aujourd’hui le département d’Ehimé). Il s’agit de l’actuel Dōgo Onsen, une station thermale vénérable qui est considérée comme l’une “trois sources chaudes les plus anciennes du Japon”.

 

               

              ©Iyo Kan Net     L'image du Dôgo Onsen 

 

 

Ce qui est intéressant, c’est que la première rencontre entre Japonais et onsen trouvée dans la littérature n’est pas quelque chose qui exprime la gratitude envers les bienfaits des sources chaudes ou le plaisir de leur utilisation. Dōgo Onsen apparaît en tant que destination d’exil du fils de l’Empereur suite à un amour interdit.

 

                 

            ©Iyo Kan Net     L'image du Dôgo Onsen 

Voici l’histoire racontée par le Kojiki. Le prince héritier était un garçon dont la beauté fascinait tout le monde, et sa jeune soeur était également très belle. Les deux tombent amoureux l’un de l’autre. La nouvelle se répand, le prince héritier perd la confiance de son entourage, et son frère cadet, qui briguait le trône, le chasse. Mais, s’agissant du prince héritier, il lui épargne la vie et le force à l’exil à “Iyo-no-yu”. Le poème composé par la jeune princesse, amoureuse de son frère et totalement déchirée, figure dans le Manyōshū, un recueil de poèmes waka achevé dans la deuxième moitié du 8ème siècle, à l’époque de Nara.

 

« Tant de temps s’est écoulé depuis que tu es parti. Je pars te voir, je ne peux plus attendre ».

 

On peut penser que la princesse a retrouvé son frère à Iyo-no-yu. On veut croire que la source chaude les aura au moins apaisés. On ne sait pas combien de jours ils ont pu passer à Iyo-no-yu. Le Kojiki dit qu’à la fin, ils se sont donné la mort.

                                 

             ©Iyo Kan Net     L'image de Minara Onsen 

L’histoire est également racontée dans le Nihon Shoki, ouvrage historique compilé par la cour impériale huit ans après le Kojiki, mais il y a de légères différences tant au niveau de l’époque que de la conclusion. Dans cette description, le prince héritier s’est suicidé dans la demeure d’un ministre chez lequel il s’était réfugié, et c’est la princesse qui a été forcée à l’exil. Mais il est seulement écrit “exilée à Iyo”, et on ne trouve pas de mention de “Iyo-no-yu”.

 

La région de Iyo-no-yu est connue depuis longtemps pour ses onsen, au point d’avoir été appelée “Yu-no-kōri” (le canton des sources chaudes), et on peut penser qu’il y avait des installations permettant aux nobles d’utiliser les sources chaudes. C’est pour cela qu’elle a été le lieu d’exil de membres de la famille impériale. On peut dire que la rencontre entre les Japonais et les onsen recouvre des aspects très divers.

 

1)    Philippe Langenieux-Villard, Les stations thermales en France, Que Sais-Je ?,1990

 Données relatives à la source chaude (Dōgo Onsen) :

- type : eau chaude simple alcaline
- température : 47°C

   pour le tourisme de la région de Iyo(Ehime Préfecture)  nous vous recommandons le site internet:

                What makes Dogo Onsen Extra Special|Highlights|Visit Ehime - Ehime Tourism Information (visitehimejapan.com)

 

 





おすすめの記事

Eloge de l’Onsen

La vision de la nature e

                                                  ...

MAY 14,2020
Eloge de l’Onsen

Montagnes et sources cha

©Michio ISHIKAWA  SanctuaireSanctuaire Oyama au so...

DECEMBER 29,2020
Eloge de l’Onsen

La vision de la vie et d

                                                  ...

JULY 11,2021
Eloge de l’Onsen

La rencontre entre les J

©Iyo Kan Net     L'image du Dôgo Onsen           ...

JULY 20,2021