SPALOHAS CLUB

Eloge de l’Onsen

 


Eloge de l’Onsen

La vision de la vie et de la mort des Japonais Montagnes et sources chaudes – (2) Le Mont Osore, “montagne sacrée à source chaude”

JULY 11,2021

                                                  par Michio Ishikawa

 

    ” Le sol est de couleur jaune à cause du soufre précipité, et l’odeur de sulfure d’hydrogène est très forte.   Au milieu de ce paysage, des alignements de stupas et de statues de Jizō (divinité protectrice des enfants) chargés de réconforter les morts,  et des moulins en papier multicolores qui tournent au gré du vent. Un décor qu’on n’imagine pas comme étant de ce monde”.                   

 

Le Mont Osore (Osore-zan) est situé dans la péninsule de Shimokita, à l’extrémité nord de l’île de Honshu. La silhouette du Mt Ōtsukushi, une montagne de 828 m d’altitude en forme de pyramide parfaite, se reflète dans le lac Usoriyama, un lac de caldera. Le terme “Osore-zan” désigne l’ensemble du lac Usoriyama et des volcans qui l’entourent, dont le Mt Ōtsukushi. On dit que ce nom vient de “Usor”, qui signifie “lac”, “bassin” ou “anse” dans la langue des Aïnus, le peuple indigène de Hokkaïdō.

 

Les sources sulfureuses et acides qui jaillissent du fond et des alentours du lac lui donnent une mystérieuse couleur bleue. Les bords du lac sont entièrement constitués de lave, et celle-ci est percée de part en part de trous par lesquels s’échappent des fumerolles. Le sol est de couleur jaune à cause du soufre précipité, et l’odeur de sulfure d’hydrogène est très forte. Au milieu de ce paysage, des alignements de stupas et de statues de Jizō (divinité protectrice des enfants) chargés de réconforter les morts, et des moulins en papier multicolores qui tournent au gré du vent. Un décor qu’on n’imagine pas comme étant de ce monde.

 

©Michio ISHIKAWA            L'image est le lac Usoriyama et une partie de la plage de

sable blanc est "Jodogahama"(Jodo signifie le monde sans souffrance dans le bouddhisme)

 

Le Mont Osore est la “montagne sacrée” (sangaku reijō) qui est située le plus au nord du Japon. Le temple Bodai-ji qui s’y trouve été fondé au 9ème siècle par Ennin, un moine bouddhiste célèbre de l’époque Heian. Comme le Mont Tateyama, cette montagne a fait l’objet, depuis les temps anciens, d’un culte populaire en tant qu’endroit où se rassemblent les âmes des morts. Au Mont Osore, on trouve en particulier la rivière Sanzu-no-kawa, qui marque la frontière entre le monde des vivants et celui où vont les âmes des morts, l’endroit appelé Sai-no-kawara, que les enfants morts prématurément réparent sans cesse en amoncelant des pierres mais que le diable s’empresse de détruire, ainsi que la “Vallée de l’enfer” (Jigokudani). Ce paysage reflète la vision bouddhiste du monde de l’au-delà.

 

La plage de sable blanc des bords du lac est appelée “Gokuraku”, qui est le nom donné au paradis dans le bouddhisme. Le fait qu’on trouve à la fois au Mont Osore le paradis et l’enfer diffère du cas du Mont Tateyama. L’ensemble des rives du lac constitue l’enceinte du temple Bodai-ji. Les célèbres assistantes du temple appelées “Itako” participent à la grande fête (ō-matsuri) qui a lieu tous les ans en juillet. Par le biais du “kuchiyose”, un rituel de contact avec l’âme des morts que réalisent ces Itako, les demandeurs obtiennent des nouvelles des personnes défuntes qui leur sont chères, et versent souvent des larmes de soulagement.

 

La rivière Sanzu au Mont Osore

*La rivière Sanzu est la rivière que les morts doivent passer dans le bouddhisme.

 

Le shukubo (hébergement de temple) du Mont Osore comporte une installation de bain utilisant l’eau chaude naturelle. Disséminées dans la vaste enceinte du temple, se trouvent également quatre cabanes de bain rustiques, que tout le monde peut utiliser. Les hommes et les femmes sont en principe séparés ; mais le bain “Hanazome-no-Yu”, situé tout au fond de l’enceinte, autorise lui la mixicité, et les gens peuvent aussi l’utiliser dans un but thérapeutique. Ce bain a une longue histoire puisqu’il a été présenté il y a 250 ans par Masumi Sugae dans son journal de voyage : « Dans le bain Hanazome-no-Yu jaillit une eau d’une couleur bleu pâle... ».

 

Le bassin, séparé en trois parties, est rempli d’une eau chaude naturelle dont la couleur blanche teintée de bleu présente des variations fascinantes. Comme dans le cas du vin, on peut parler pour l’eau chaude naturelle de “terroir”, à savoir des caractéristiques que le sol révèle après des années de maturation.

 

©Michio ISHIKAWA     Hanazome no yu au mont osore (Hanazome Onsen)

 

Au Mont Osore, les personnes vivantes et les morts peuvent de temps en temps entrer en communication. Ici, il n’y a pas de frontière entre la vie et la mort. A l’extérieur des cabanes de bain, c’est véritablement un paysage digne de l’enfer, comme à l’Enfer de Tateyama. Mais une fois qu’on est entré dans l’un de ces bains, le corps enveloppé dans une magnifique eau chaude naturelle, on éprouve un soulagement à la fois physique et mental et on ressent à plein la joie d’être vivant. Le Mont Osore est réellement un paradis au sein de l’enfer. C’est l’une de ces précieuses “montagnes sacrées à source chaude” (onsen reijō) que l’on peut trouver au Japon.

 

 

Données sur la source chaude :

- qualité : eau acide et sulfurée ; chlorure de sodium et sulfates

- température : env. 74°C

 

 





おすすめの記事

Eloge de l’Onsen

La vision de la nature e

                                                  ...

MAY 14,2020
Eloge de l’Onsen

Montagnes et sources cha

©Michio ISHIKAWA  SanctuaireSanctuaire Oyama au so...

DECEMBER 29,2020
Eloge de l’Onsen

La vision de la vie et d

                                                  ...

JULY 11,2021
Eloge de l’Onsen

La rencontre entre les J

©Iyo Kan Net     L'image du Dôgo Onsen           ...

JULY 20,2021